Maladies

Asthme bronchique - causes, symptômes et traitement


Asthme bronchique - un aperçu

Les personnes qui toussent fréquemment ou qui présentent des symptômes tels qu'une oppression ou une oppression thoracique, un essoufflement avec un sifflement lors de la respiration et un essoufflement soudain peuvent souffrir d'asthme bronchique chronique. Dans ce qui suit, les symptômes, le diagnostic, les causes et les thérapies de la maladie - y compris les approches naturopathiques - sont expliqués plus en détail.

  • définition: L'asthme bronchique est un trouble bronchique chronique dans lequel les crises récurrentes sont déclenchées par certains stimuli.
  • la fréquence: L'asthme est une maladie courante. Environ un enfant sur dix et un adulte sur vingt en souffre.
  • Symptômes: Les symptômes typiques incluent une toux constante accompagnée de quintes de toux, un essoufflement, un essoufflement et une sensation d'oppression dans la poitrine.
  • causes: En raison de certaines circonstances (par exemple allergie, infection virale), le système bronchique des asthmatiques est constamment sur la défensive et réagit violemment à certains stimuli tels que le pollen, les poils d'animaux, les gaz d'échappement, les produits chimiques ou la poussière.
  • Types d'asthme: La maladie survient sous une forme allergique (extrinsèque) et non allergique (intrinsèque), ainsi qu'un mélange des deux.
  • thérapie: L'asthme bronchique n'est pas guérissable, mais peut être bien traité. La thérapie consiste généralement en un traitement médicamenteux et une formation pour les personnes touchées. Grâce à un changement ciblé de mode de vie, les asthmatiques peuvent vivre en grande partie sans symptômes. La naturopathie peut soutenir ce processus.

Définition

L'asthme bronchique, également appelé asthme bronchique, est une maladie chronique des voies respiratoires de type convulsions avec une sensibilité accrue des bronches à divers stimuli (hyperréactivité bronchique). En règle générale, l'asthme se manifeste par des poussées caractérisées par une oppression thoracique, un essoufflement avec sifflements, une toux et un essoufflement. Les crises surviennent souvent la nuit ou tôt le matin.

La fréquence

La fréquence de l'asthme est estimée à environ 100 millions de personnes dans le monde. En Allemagne, la maladie touche environ huit à dix pour cent des enfants et environ cinq à sept pour cent des adultes. Cela affecte environ 8 millions de personnes en Allemagne. L'asthme bronchique est l'une des maladies chroniques les plus courantes, en particulier dans l'enfance. En moyenne, un enfant sur huit de moins de dix ans et un enfant sur dix de moins de 15 ans développent cette maladie.

Si les garçons sont plus souvent touchés chez les enfants, les proportions deviennent de plus en plus égales avec l'âge, jusqu'à ce que finalement la proportion de femmes prédomine à l'âge adulte. Selon la prévalence de l'asthme bronchique sur 12 mois publiée par l'Institut Robert Koch (RKI) en 2017, 7,1% des femmes et 5,4% des hommes en Allemagne souffrent actuellement de la maladie chronique.

Peu de temps après la réunification, l'Allemagne comptait beaucoup moins de cas d'asthme dans les Länder de l'Est que dans l'ouest du pays. Aujourd'hui, l'occurrence dans l'est et l'ouest est presque équilibrée. On suppose que la raison la plus probable en est l'harmonisation des conditions de vie et du type de régime alimentaire ainsi que l'augmentation des polluants atmosphériques.

Symptômes d'asthme bronchique

Il est caractéristique de l'asthme bronchique que les muscles de la paroi bronchique crampent, que la muqueuse bronchique gonfle et qu'un mucus coriace soit produit. Cela entraîne les symptômes typiques tels que:

  • Toux avec mucosités vitreuses,
  • toux constante,
  • un sifflement lors de l'expiration (respiration sifflante),
  • une sensation d'oppression ou d'oppression dans la poitrine,
  • slime dur,
  • essoufflement soudain,
  • Essoufflement,
  • Crises d'asthme dans lesquelles plusieurs symptômes apparaissent soudainement et violemment.

Facteurs de risque

L'incidence de l'asthme bronchique a augmenté au cours des dernières années. Par conséquent, il faut reconnaître les signes avant-coureurs de l'asthme. Si les parents souffrent déjà de maladies dites atopiques, qui comprennent, par exemple, des allergies et une neurodermatite, le risque pour un enfant de développer un asthme bronchique augmente. De plus, les enfants qui ont été allaités pendant moins de six mois sont plus sensibles que les bébés allaités. L'asthme est également favorisé dans certaines professions comme les boulangers (par la farine de poussière) ou les coiffeurs (par les produits chimiques). En résumé, les facteurs suivants sont considérés comme un risque de développer de l'asthme:

  • Une hygiène excessive: Les germes sont importants pour le développement d'un système immunitaire intact, des mesures d'hygiène excessives permanentes favorisent la formation d'allergies et d'asthme.
  • la génétique: Plusieurs personnes allergiques dans une famille indiquent que le reste de la famille est également plus à risque.
  • Certaines maladies infantiles: Si un enfant développe certaines maladies, le risque de développer un asthme bronchique est plus élevé. Ces maladies comprennent les allergies, la neurodermatite, le berceau, les démangeaisons. (Eczéma)
  • Poids à la naissance: Les bébés en insuffisance pondérale ont un risque légèrement accru de développer de l'asthme.
  • Les parents sont des fumeurs: Les enfants de parents qui fument sont plus susceptibles de souffrir d'asthme que les enfants de non-parents qui fument. Une mère qui fume en particulier augmente le risque pour son enfant.
  • Infections virales: Les infections virales courantes sont associées à un risque accru d'asthme non allergique.
  • Sevrage précoce: Le lait maternel est important pour qu'un bébé développe un système immunitaire fort.
  • Allergies existantes: La présence d'autres allergies telles que le rhume des foins augmente également le risque d'asthme.
  • Médicament: Les médicaments contre les brûlures d'estomac augmentent le risque d'asthme chez les enfants s'ils sont pris pendant la grossesse.

Causes

Les raisons exactes pour lesquelles les gens développent de l'asthme ne sont pas encore suffisamment comprises en médecine. Les gènes et les facteurs environnementaux jouent un rôle majeur dans le développement de la maladie. Les personnes issues de familles allergiques accrues courent un risque accru de développer un asthme bronchique et sont allergiques à certains déclencheurs.

Les facteurs environnementaux affectent particulièrement les personnes souvent exposées à certaines substances dans leur profession telles que les adhésifs, les peintures, la poussière de farine, la poussière de bois, le latex, les poils d'animaux, le pollen, les insecticides ou les produits chimiques. De plus, un lien avec une formation insuffisante du système immunitaire est suspecté en raison de mesures d'hygiène excessives.

Contrairement aux raisons exactes de la cause, les médecins savent explicitement ce qui se passe dans le corps des personnes allergiques. Dans le système bronchique des personnes touchées, il y a une réaction inflammatoire accrue à laquelle le corps réagit avec une volonté constante de se défendre. Cette situation peut être soudainement exacerbée par certaines influences et déclencheurs. Les bronches des personnes atteintes réagissent de manière hypersensible à certains stimuli, pour la plupart inoffensifs, avec des réactions de défense intensives. Ces réactions comprennent:

  • rétrécissement des bronches en forme de crampe,
  • Gonflement des muqueuses des parois bronchiques,
  • formation violente de mucus dur,
  • La toux s'accompagne de mucus vitreux.

Sentiment d'oppression, sifflements et essoufflement
Le diamètre des bronches se rétrécit et il est difficile d'inspirer et d'expirer. Ce processus est appelé obstruction en médecine et est responsable des sifflements typiques et de la sensation d'oppression dans la poitrine. En raison de l'obstruction, les muscles respiratoires peuvent devenir surchargés. Le rétrécissement complique particulièrement l'expiration. En conséquence, un peu plus d'air que d'habitude peut rester dans les poumons à chaque respiration, gonflant progressivement les poumons, ce qui rend l'inhalation plus difficile. Cela peut provoquer un essoufflement chez les asthmatiques.

Apparence récidivante
L'asthme provoque des symptômes incohérents chez les personnes touchées. L'inflammation est toujours présente, mais elle nécessite un certain déclencheur qui déclenche les symptômes typiques de l'asthme. Cela peut conduire à une crise d'asthme qui, dans le pire des cas, peut devenir une urgence médicale.

État asthmatique

Dans de rares cas, un asthmatique peut mettre la vie en danger. Dans cet état, les symptômes graves de la maladie persistent jusqu'à 24 heures. Pour aggraver les choses, les mesures thérapeutiques habituelles de l'asthme ne sont que partiellement efficaces. Les signes typiques sont:

  • essoufflement sévère (dyspnée),
  • respiration haletante, accélérée,
  • Pâleur,
  • Coloration bleue des doigts, des orteils et des lèvres (cyanose) due à un apport insuffisant d'oxygène au corps (hypoxie),
  • Altération de la conscience,
  • rythme cardiaque augmenté,
  • Dilatation de la pupille,
  • Agitation,
  • Incontinence.

L'état asthmatique met la vie en danger et nécessite des soins médicaux immédiats. Une analyse des gaz du sang, dans laquelle la quantité d'oxygène dans le sang est déterminée, détermine la gravité de la maladie. En plus de l'approvisionnement en oxygène, les médicaments sont également utilisés dans le traitement médical. Ceux-ci incluent, par exemple:

  • Sympathomimétiques bêta-2 pour la bronchodilatation,
  • Aminophylline et théophylline pour soulager les spasmes musculaires dans les bronches,
  • Corticostéroïdes pour inhiber les réactions inflammatoires
  • Parasympatholytiques pour calmer la contraction musculaire et réduire la production de mucus.

Mortalité par asthme
En Allemagne, 4 à 8 personnes pour 100 000 habitants meurent chaque année des conséquences de la maladie. Cela se traduit par un nombre d'environ 3200 à 6400 décès par an. Des crises d'asthme mortelles ont souvent lieu en hiver. La plupart des décès seraient évitables, mais de nombreux patients sous-estiment leur état et ne suivent pas de manière fiable les instructions médicales.

Diagnostic

Si vous allez chez le médecin avec une suspicion d'asthme, dans la plupart des cas, vous serez d'abord interrogé sur vos propres antécédents et ceux de votre famille (antécédents médicaux). Ceci est souvent suivi d'un examen physique général. Le médecin peut utiliser un test de la fonction pulmonaire pour déterminer si la respiration est perturbée et si les bronches sont contractées.

Débitmètre de pointe
Un soi-disant débitmètre de pointe est souvent utilisé ici, pas un appareil capable de mesurer la force de l'expiration. Ces mesures peuvent également être effectuées à intervalles réguliers à domicile, par exemple pour déterminer le succès d'un traitement ou une détérioration.

Spirométrie
Une autre méthode de mesure de la respiration est la spirométrie. Lors de l'exécution, l'utilisateur souffle dans un embout buccal connecté à un soi-disant spiromètre. Cela mesure la puissance de l'inhalation et de l'expiration ainsi que la quantité d'air. Sur la base de ces données, une possible fonction pulmonaire restreinte peut être déterminée. Le médecin peut documenter l'évolution de la maladie grâce à des mesures régulières.

Plus de tests
D'autres moyens de diagnostiquer l'asthme ou la forme d'asthme sont:

  • Test de provocation: Ici, le patient inhale certaines substances pendant que le médecin vérifie si les bronches se contractent en conséquence.
  • Test de stress: Ce test vérifie si les symptômes de l'asthme apparaissent lors d'un effort physique.
  • Test de drogue: Avant et après la prise de certains médicaments utilisés pour l'asthme, comme le salbutamol ou le fénotérol, le médecin vérifie la fonction pulmonaire pour déterminer les changements possibles.
  • Pléthysmographie du corps entier: Dans le grand test de la fonction pulmonaire, le patient est assis dans une cabine en verre dans laquelle il respire dans un appareil. La personne testée peut respirer normalement sans effort, c'est pourquoi ce test est particulièrement adapté aux enfants et aux personnes âgées. De plus, il s'agit de la seule méthode de test permettant de mesurer la teneur en air restant dans les poumons après l'expiration (volume résiduel).
  • Test d'allergie: Lors d'un test d'allergie, les substances suspectes sont appliquées ou injectées sur la peau et leur réaction est contrôlée (prick test). Une analyse sanguine convient également comme test d'allergie, dans lequel les anticorps spéciaux sont détectés (test RAST).

Espèces d'asthme

La maladie est principalement différenciée entre l'asthme allergique (extrinsèque) et non allergique (intrinsèque). Mais il y a aussi un mélange des deux. Alors que l'asthme est principalement allergique chez les enfants, 20 à 30 pour cent des adultes asthmatiques développent également une forme non allergique (intrinsèque) de la maladie. Une cause purement allergique à partir de 20 ans ne peut être prouvée que dans moins d'un cinquième des cas.

Forme allergique
La forme extrinsèque de l'asthme est déclenchée par des substances allergènes. Au cours des réactions précoces dites allergiques, il y a une augmentation de la formation d'anticorps du type immunoglobuline-E (IgE). Ces anticorps ne se trouvent normalement qu'en petites quantités dans le sang. Ce processus est suivi par la réaction allergique tardive, c'est-à-dire les symptômes typiques de l'asthme bronchique. La forme allergique comprend également l'asthme saisonnier, qui est associé à la numération pollinique de certains pollens allergéniques.

Forme non allergique
La forme intrinsèque de l'asthme ne survient souvent que chez les personnes de plus de 40 ans. Contrairement à la forme allergique, il y a moins d'augmentation des anticorps immunoglobulines E dans l'asthme intrinsèque, elle n'est donc pas déclenchée par un allergène. Dans de nombreux cas, cette forme survient à la suite d'une infection virale respiratoire et est exacerbée par ces infections.

Les réactions de défense qui ont lieu dans le corps sont essentiellement les mêmes que dans l'asthme allergique. Cependant, cette forme entraîne presque toujours une inflammation chronique des sinus, qui peut également conduire à des polypes dans le nez (polypose nasale), ce qui rend la respiration nasale considérablement plus difficile.

Chez 30 à 50 pour cent des asthmatiques adultes, une allergie en tant que déclencheur de la maladie n'est pas détectable. L'évolution de la maladie de la forme intrinsèque est caractérisée par de plus petites fluctuations de gravité, mais prend souvent une évolution plus sévère depuis le début.

Formes mixtes d'asthme
Pour de nombreuses personnes atteintes, une forme mixte se développe entre la forme intrinsèque et extrinsèque. Dans la plupart des cas, la maladie commence par l'asthme allergique. Au cours de la maladie, par exemple à la suite d'infections respiratoires répétées, des facteurs non allergiques sont ajoutés et conduisent à des réactions asthmatiques à certains déclencheurs, tels que la fumée, la brume, la fumée, l'air froid ou similaire. Cependant, ces déclencheurs ne provoquent pas de réactions allergiques dans le corps, mais déclenchent uniquement les symptômes asthmatiques.

Asthme de stress
Avec l'asthme ou l'asthme d'effort, les symptômes asthmatiques surviennent au début et après l'effort physique. Cette forme affecte la plupart des enfants asthmatiques et environ un adulte sur trois souffrant d'asthme. Il est typique de ce type que les crises ne se produisent que lors d'activités sportives, surtout si elles sont effectuées à l'air froid. L'inflammation des bronches est favorisée par le refroidissement et le séchage des muqueuses bronchiques avec une respiration accélérée à l'air froid.

Reflux gastro-oesophagien
Une autre forme de la maladie est l'asthme avec reflux gastro-œsophagien. Sous cette forme, le suc gastrique pénètre dans l'œsophage et déclenche une crampe réflexe des bronches. Certains médicaments ou principes actifs tels que la théophylline ou les sympathomimétiques bêta-2 utilisés dans le traitement de l'asthme peuvent intensifier cet effet car ils peuvent paralyser le mouvement de l'œsophage.

Forme dégradée fragile
Il s'agit d'une forme très rare de la maladie, qui se caractérise par des crises d'asthme sévères récurrentes allant jusqu'à l'état asthmatique potentiellement mortel. Les crises surviennent soudainement, sans aucun signe d'aggravation préalable.

Transition vers la MPOC
Environ 20 à 30 pour cent des cas d'asthme évoluent vers une bronchite obstructive chronique (MPOC) au cours de la maladie. Ces cas sont caractérisés par le fait que la personne affectée souffre non seulement d'une toux avec expectoration non seulement lors d'une crise mais aussi.

Déclencheur

L'asthme peut être déclenché par différents stimuli. Une distinction est faite entre les déclencheurs allergènes et non allergènes et les déclencheurs généraux pour toutes les formes. Les déclencheurs individuels peuvent être différents pour les personnes touchées.

Déclencheurs allergiques
Cela comprend les substances qui déclenchent des réactions allergiques, telles que:

  • Pollen d'arbre et d'herbe,
  • Poussière domestique (voir asthme des acariens),
  • Poils d'animaux ou plumes d'oiseaux,
  • Spores de moisissures,
  • certains aliments comme les crustacés, les poissons, les noisettes, les fraises,
  • certains médicaments tels que l'acide acétylsalicylique (AAS) ou le diclofénac.

Déclencheurs non allergiques
Les déclencheurs intrinsèques comprennent:

  • Maladies respiratoires causées par des infections virales,
  • infections bactériennes,
  • certaines substances auxquelles la personne concernée est exposée pendant une longue période (souvent en raison du travail).

Déclencheurs généraux
Ceux-ci incluent des stimuli non spécifiques auxquels tous les asthmatiques peuvent répondre, tels que:

  • certaines conditions d'air (air froid ou humide-chaud, brouillard),
  • Pollution de l'air (gaz d'échappement, particules de suie, poussières tourbillonnantes),
  • Fumée de cigarette,
  • Parfums,
  • Infections des voies respiratoires supérieures et inférieures,
  • l'effort physique,
  • stress mental ou stress.

Thérapie

Selon les connaissances actuelles, l'asthme bronchique n'est pas guérissable. Dans la plupart des cas, les thérapies peuvent être largement exemptes de symptômes. Le traitement médicamenteux est l'une des méthodes thérapeutiques les plus courantes. On dit que les médicaments soulagent les symptômes et réduisent les crises d'asthme. Les personnes atteintes doivent apprendre de l'expérience opérationnelle comment et quand elles utilisent le médicament afin d'obtenir le plus grand effet possible avec la consommation de médicament la plus faible possible.

Médicaments pour l'asthme bronchique
Les médicaments sous forme de sprays, comprimés, inhalations et injections sont utilisés contre l'asthme pour prévenir les crises ou pour interrompre les symptômes qui ont déjà commencé en raison d'agents antispasmodiques, anti-inflammatoires, expansifs de la respiration et anti-allergiques. Ceux-ci comprennent notamment:

  • Glucocorticostéroïdes (cortisone) avec les ingrédients actifs béclométasone, budésonide, flunisolide, fluticasone ou mométasone pour inhalation
  • Sympathomimétiques bêta-2 tels que le salmétérol ou en cas de sympathomimétiques bêta-2 à courte durée d'action tels que le salbutamol
  • Anticholinergiques (devraient inhiber la contraction spasmodique des muscles bronchiques)
  • Acide cromoglicique disodique (DNCG)
  • Kétotifène
  • Inhibiteurs des leucotriènes tels que le montélukast et le zafirlukast
  • Nedocromil (anti-inflammatoire)
  • Omalizumab (bloque les anticorps anti-immunoglobuline E)
  • Théophylline (détend les muscles bronchiques; est rarement utilisée aujourd'hui)

Thérapies non médicamenteuses
En plus des médicaments, des thérapies non médicamenteuses sont recommandées. Celles-ci consistent à éviter les déclencheurs, à former le patient pour que la vie quotidienne ne présente pratiquement aucun symptôme et à effectuer des contrôles réguliers par le médecin.

Formation des patients
Grâce à une formation ciblée des asthmatiques, ils devraient apprendre à mieux gérer la maladie. En plus des informations de base importantes sur le tableau clinique, les participants apprennent à mieux interpréter les propres signes du corps, à utiliser les techniques de respiration, à réagir correctement dans les situations d'urgence et à mieux reconnaître et éviter les déclencheurs individuels. La formation est offerte par de nombreux pneumologues, cliniques de réadaptation, hôpitaux et groupes d'entraide.

Naturopathie

L'asthme est une maladie grave, et dans le pire des cas, potentiellement mortelle qui doit être traitée par des thérapies prescrites par un médecin. La naturopathie peut être utilisée pour soutenir l'asthme de manière naturelle. Les thérapies naturopathiques devraient stimuler les pouvoirs d'auto-guérison et atténuer les réactions excessives.

Les préparations à base de tussilage, de millepertuis et de rauwolfia conviennent pour soulager les spasmes bronchiques, les sécrétions de toux et pour se calmer. Des exercices réguliers de Tai Chi ou de Qi Gong se sont avérés être des méthodes de relaxation efficaces, comprenant idéalement la respiration. Le yoga soulage également les symptômes de l'asthme bronchique. Une thérapie respiratoire ciblée telle que l'entraînement autogène peut réduire l'essoufflement.

hypnose
Le corps et la psyché peuvent bénéficier de l'hypnose thérapeutique. En plus des aspects relaxants et immuno-régulateurs, peuvent être découverts des conflits qui ont contribué au développement de troubles asthmatiques ou qui les intensifient actuellement. Certains asthmatiques rapportent une amélioration de la fonction pulmonaire grâce à l'imagination des cellules et des tissus dans le cadre de l'hypnose.

Remèdes maison

Les remèdes naturels contre la toux peuvent soulager l'inconfort. Cependant, si les remèdes maison s'aggravent, l'auto-traitement doit être arrêté immédiatement et un médecin consulté.

Autres traitements naturopathiques
Les méthodes de guérison naturelle n'ont pas encore fait l'objet de recherches scientifiques, mais l'expérience a montré qu'elles ont montré de bons résultats dans le traitement de soutien de l'asthme bronchique. Ces procédures comprennent:

  • acupuncture
  • homéopathie
  • Isopathie
  • Thérapie sanguine autologue
  • Procédures physiques avec bains de vapeur et d'air ainsi que massages du haut du corps
  • Biorésonance

État actuel de la recherche

Il existe de nombreuses études sur l'asthme bronchique. Voici quelques exemples et expertises des dernières années:

  • Un tiers des patients asthmatiques ne souffrent pas du tout d'asthme. Des scientifiques de l'Université d'Ottawa ont découvert cela et ont résumé que de nombreux patients peuvent vivre sans médicaments contre l'asthme sans aucun problème.
  • L'insomnie augmente le risque de développer de l'asthme. Une équipe de chercheurs de l'Université norvégienne des sciences et de la technologie a découvert que l'insomnie peut augmenter massivement le risque d'asthme chez les adultes.
  • Pollen de plus en plus agressif dans les villes allemandes. Les experts rapportent que le réchauffement climatique rend la saison pollinique beaucoup plus longue et plus intensive, avec des conséquences correspondantes sur le risque d'asthme.
  • Selon les immunologistes de l'Université de Zurich, la ferme protège les enfants contre les allergies et l'asthme.

(jvs, vb)

Informations sur l'auteur et la source

Ce texte correspond aux spécifications de la littérature médicale, des directives médicales et des études en cours et a été vérifié par des médecins.

Rédacteur diplômé (FH) Volker Blasek, Barbara Schindewolf-Lensch

Se gonfler:

  • German Society for Pneumology and Respiratory Medicine e.V.: Bronchial asthma (consulté le 24 juillet 2019), lungenaerzte-im-netz.de
  • Helmholtz Zentrum München - German Research Center for Health and the Environment (GmbH): Bronchial asthma (consulté le 24 juillet 2019), lungeninformationsdienst.de
  • Programme NVL de BÄK, KBV, AWMF: Guide S3 pour les directives nationales de soins pour l'asthme, à partir de novembre 2018, awmf.org
  • Atemwegliga e.V.: Asthma (consulté le 24 juillet 2019), atemwaysliga.de
  • Institute for Quality and Efficiency in Health Care (IQWiG): Asthma (consulté le 24 juillet 2019), gesundheitsinformation.de
  • Association professionnelle des pédiatres e. V.: Asthme bronchique (accès: 24 juillet 2019), kinderaerzte-im-netz.de
  • Walter de Gruyter GmbH: Asthme bronchique (accès: 24 juillet 2019), pschyrembel.de
  • Mayo CLinic: Asthma (consulté le 24 juillet 2019), mayoclinic.org
  • National Heart, Lung, and Blood Institute (NHLBI): Asthma (consulté le 24 juillet 2019), nhlbi.nih.gov
  • Organisation mondiale de la Santé (OMS): Asthma (consulté le 24 juillet 2019), who.int
  • Institut Robert Koch (RKI): prévalence sur 12 mois de l'asthme bronchique, Journal of Health Monitoring, 2017, rki.de
  • Société allemande de pneumologie et de médecine respiratoire e.V. et German Respiratory League e.V.: Lignes directrices S2k pour le diagnostic et le traitement des patients asthmatiques, à partir de: 2017, thieme-connect.de

Codes ICD pour cette maladie: Les codes J45, J46ICD sont des codages valides au niveau international pour les diagnostics médicaux. Vous pouvez trouver par exemple dans les lettres du médecin ou sur les certificats d'invalidité.


Vidéo: Symptômes allergiques pour lasthme (Janvier 2022).